Archives de catégorie : Actualités / A venir

Parution : “Comprendre les manifestes du cinéma moderne” (revue Marges)

Le n° 21 de la revue Marges (Presses Universitaires de Vincennes), consacrés aux manifestes, vient de paraître ! Vous y trouverez notamment, en tout début de volume, mon article “Comprendre les manifestes du cinéma moderne. Vers une définition contemporaine du politique”.

Pour les abonnés Cairn, l’article est disponible en texte intégral sur cette page. Pour les autres, le volume est en vente ici.

Résumé de l’article : Si les films modernes sont pour la plupart demeurés à l’écart de l’engagement politique, ce n’est pas le cas des nombreux manifestes qui les ont accompagnés. Il faut lire dans cet écart la marque d’une politisation détournée, inadéquate aux catégories de la pensée partisane de l’époque. À partir de cette situation inédite, cet article propose trois pistes d’analyse, qui sont autant de modalités d’identification du politique au cinéma.

Journée doctorale de l’AFECCAV (Université Paris 8, vendredi 11 septembre 2015)

J’interviendrai le vendredi 11 septembre 2015 à Paris, dans le cadre de la journée doctorale de l’AFECCAV (Association Française des Enseignants-Chercheurs en Cinéma et Audiovisuel).

Ma communication s’intitule “Le message politique d’un film : problèmes de lecture”, et se tiendra à 10h45 dans l’atelier “Politique du cinéma” (salle A1-181).

Franchement, moi si j’étais vous et que j’avais envie de m’écouter parler, je viendrais. Et je jetterais aussi un œil à ce joli programme provisoire.

Colloque “Montage/Démontage/Remontage” (Lyon, 20-21-22 novembre 2014)

Vladimir et Rosa

J’interviendrai le vendredi 21 novembre 2014 à Lyon, dans le cadre du colloque “Entre textes et images : montage/démontage/remontage” organisé par l’Université Lyon 3 (Cedfl-Forell-Ciham).

Ma communication s’intitule “La politique a-t-elle une consistance ?”, et abordera les figures croisées du montage et du collage dans le cinéma du groupe Dziga Vertov (formé par Godard en 1968). Rendez-vous le vendredi à la MSH (salle Marc Bloch) à 12h !

Programme complet (montage-démontage-remontage)

Journée d’études “Manifestes” (Paris, samedi 11 octobre 2014)

J’interviendrai le samedi 11 octobre 2014 à Paris, dans le cadre de la journée d’études de la revue Marges sur le thème des “Manifestes” (INHA, Salle Giorgio Vasari, 2 rue Vivienne, Paris, Métro Bourse).

Ma communication s’intitule “Comprendre les manifestes du cinéma moderne : Vers une définition contemporaine du politique”, et se tiendra à 14h. Entrée libre !

Programme détaillé :

Continuer la lecture

Le cinéma face à la marginalité : à propos des films “Boudu sauvé des eaux” (J. Renoir, 1932), “F for Fake” (O. Welles, 1973), “Otto” (B. LaBruce, 2008) et “District 9” (N. Blomkamp, 2009)

[Ce texte est une version formalisée et augmentée d’une intervention orale donnée le 26 septembre 2006, à Lyon, en ouverture d’une table ronde sur la marginalité organisée par les Médiations Philosophiques. Voir le programme ci-dessous. Vous pouvez également télécharger ce texte en pdf.]

Semaine cinéma et philosophie (22-26 septembre)

Continuer la lecture

Émission : Cinéma et politique

Dario Marchiori, maître de conférence en Études cinématographiques à l’Université Lumière Lyon 2, synthétise les enjeux théoriques de ma thèse dans l’émission “Rendez-vous avec l’histoire du cinéma”, sur RCF.

Pour réécouter l’émission :

 

(Pour le lien vers l’émission d’origine, cliquez ici.)

Bienvenue

Il y a quelque chose d’assez grisant dans le fait de souhaiter la bienvenue à des lecteurs qui ne sont pas encore là. Mais puisque c’est l’usage, ma foi : bienvenue à vous !

Je profite de cet accueil pour répondre à une première interrogation : celle de l’utilité d’un blog de chercheur.

Déjà, il s’agit d’assurer à la recherche universitaire un minimum de visibilité. Ceux qui ont déjà essayé de trouver les sites personnels de certains enseignants-chercheurs le savent : il vaut mieux avoir du temps devant soi. Il me semble qu’en tant qu’universitaires, certains de nos centres d’intérêt sont déjà suffisamment obscurs en eux-mêmes. Inutile d’en rajouter en les privant d’une accessibilité correcte sur le web. À ce titre, la plateforme Hypothèses permet une lisibilité optimale et une centralisation efficace des données (informations, articles, billets).

Ensuite, de proposer une réception dynamique des publications universitaires. Autrefois, pour savoir ce que la communauté scientifique pensait d’une publication, il fallait attendre qu’un nom plus glorieux lui fasse l’honneur d’un éloge en note de bas de page, lorsqu’il ne se contentait pas d’une réfutation sèche et méprisante. Au mieux, donc, un délais de quelques années. Dieu soit loué, Internet nous laisse espérer une sortie rapide et définitive de cet âge obscur.

Et puis, c’était soit ça, soit une affiche publicitaire de moi en pleine rue. Il paraît que les laboratoires américains le font avec leurs chercheurs les plus renommés… malheureusement, je n’arrive plus à retrouver la source de l’information. “Quand la légende est plus belle que la réalité, alors on publie la légende”, comme dirait John Ford. Quoi qu’il en soit, je ne suis pas très photogénique, ça n’aurait rien donné. Va pour le blog, qui a l’avantage supplémentaire d’être gratuit.

Les fondations étant posées, reste à construire l’édifice qui suivra.