Iconologie – correction du partiel

Voici quelques éléments de correction du partiel d’« iconologie et culture visuelle » de décembre 2016. Ci-dessous, une liste des éléments que l’on pouvait analyser et commenter dans l’image proposée.

ex-1

La liste qui suit n’est pas exhaustive :

  • Le jeune homme de dos : on ne voit pas son visage. Cela évite de « figer » le personnage. Ainsi, chaque spectateur peut s’identifier à lui.
  • L’homme de dos occupe exactement la même place que le spectateur.
  • Seul trait caractéristique de ce personnage : il a l’air jeune (cf. sa coupe de cheveux, il est en t-shirt). La campagne s’adresse donc prioritairement à des jeunes gens. On peut imaginer que le jeune homme, en ouvrant la porte, « voit » son propre futur.
  • La porte : élément de contextualisation (de l’extérieur, elle se présente comme une porte de bureau). Elle nous montre le lieu exact où l’on peut avoir accès à ces perspectives de carrière (elle fonctionne en duo avec l’adresse placée en bas à droite).
  • Mais la porte est aussi un élément issu de l’imagerie fantastique/SF : la porte qui mène vers un monde imaginaire (cf. Poe, Lovecraft, Verne…). Elle représente le seuil entre le monde réel et un autre monde ; en l’occurrence, une porte qui donne sur le futur.
  • Lignes de fuite très marquées : composition en triangle avec les personnages, les objets (même les avions sont « rangés » selon ces lignes) et le décor (les lignes tracées sur le tarmac), ce qui accentue l’effet de perspective. Notre regard est attiré vers le lointain, avec l’idée que ce que l’on voit s’étire à l’infini (sous-entendu : il y a encore plus que ce que l’on voit).
  • Tous les regards sont dirigés vers le personnage/spectateur, même celui du chien : comme si tout le monde l’attendait.
  • Il y a aussi un effet de mouvement, avec la femme au second plan qui est en train de faire un pas vers nous, les parachutistes qu’on imagine en train de tomber, l’avion en haut à droite, etc. Tout ça pour faire comme s’il ne s’agissait pas d’une photo, mais simplement d’un arrêt sur image (donc d’une scène réelle interrompue au milieu).
  • Comparaisons possibles avec d’autres images de propagande : d’habitude, c’est l’individu qui doit se mettre au service de l’Etat (« your country needs you »). Ici au contraire c’est l’Etat qui semble se mettre au service du jeune homme, de son futur, de sa formation professionnelle, etc. On a donc une mise en scène individualiste, qui met l’accent sur les bénéfices pour celui qui s’engage (et non pas sur les bénéfices pour la nation, pour la communauté, etc.).
  • C’est donc une stratégie plus « moderne », qui essaie de parler à des jeunes gens qui n’ont plus forcément le même sens du sacrifice que dans le passé (ils veulent aussi qu’il y ait un intérêt à s’engager). cf. la différence entre le doigt tendu de Lord Kitchener (agressif) et les regards pointés sur le jeune homme ici (doux et accueillants). On a toujours l’idée de « regarder » directement le spectateur, mais la stratégie n’est pas exactement la même.
  • Image qui se veut exhaustive : ils ont essayé de mettre toute l’armée de l’air dans une seule image. Effet d’accumulation (plusieurs types d’appareil, etc.).
  • Idem avec les métiers : tout le monde est présent au même endroit au même moment, depuis les parachutistes jusqu’aux préparateurs de piste.
  • Le logo du ministère en haut à gauche : atteste que l’on est bien devant une image officielle. Sous-entendu : que tout ce que l’on voit est « vrai ». Alors que manifestement ce n’est pas le cas (photomontage).
  • Logique de représentation complète : on voit des hommes et des femmes, des blancs et des noirs, etc. Pour brasser le plus large possible. Idéal de diversité.

Globalement, la principale erreur à éviter était de se limiter au texte et d’oublier l’analyse de l’image. Beaucoup ont simplement paraphrasé les indications écrites en bas, ou ont essayé de les « retrouver » dans l’image.

Il était important de comprendre que même si l’image et le texte fonctionnent ensemble, et sont complémentaires, ils ne disent pas exactement la même chose. C’est pour cela qu’il était important d’analyser l’image en tant qu’image, pour comprendre ce qu’elle ajoute au discours qu’elle est censée illustrer.


Une réflexion au sujet de « Iconologie – correction du partiel »

  1. Ping : L1 – Iconologie (documents) | Ce n'est pas une image juste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *