Archives par étiquette : groupe Dziga Vertov

Parution : « Le cinéma politique du groupe Dziga Vertov : montage, collage ou citation ? » (revue Textimage)

Tout juste paru : le nouveau numéro de la revue universitaire en ligne Textimage, qui porte sur le « montage » sous toutes ses formes (littéraire, cinématographique, plastique, politique, etc.).

Fig4

J’y ai signé un article qui revient sur la différence entre MONTAGE, COLLAGE et CITATION à travers l’exemple de Godard (qui a souvent été associé aux trois termes sans trop de distinction), et plus particulièrement de sa période militante. Mais bon, il y a aussi du Carpenter, des aliens, du marxisme approximatif et des filles à poil. Les lois du marketing, que voulez-vous.

Tout est consultable gratuitement et librement sur le site de la revue !

Vidéo : L’expérimentation est une forme de réalisme

En novembre 2015, j’ai proposé une communication intitulée « Le réalisme expérimental du groupe Dziga Vertov, ou le cinéma comme science du monde », dans le cadre du Colloque International « L’expérimentation documentaire », organisé à Lyon par Dario Marchiori. J’y ai développé l’idée d’un cinéma pensé comme une pratique scientifique, avec pour but de décrire et de modéliser la réalité.

À cette occasion, je me suis entretenu avec des étudiants du Master 2 DASI (Diffusion des Arts et des Savoirs par l’Image) de l’Université Lyon 2, qui ont réalisé cette sympathique vidéo. J’y explique mon projet de recherche, sa genèse et ses motivations, en 3 minutes. En attendant une éventuelle reprise de ce travail sous la forme d’une publication écrite, cette vidéo donne quelques éclaircissements sur la possibilité de penser l’expérimentation formelle, y compris la plus extravagante, comme une pratique réaliste.

Continuer la lecture

Séminaire « L’expérimentation documentaire » (Lyon, 26 mars 2015)

J’animerai ce jeudi 26 mars, de 10h à 12h, la troisième séance du séminaire sur « L’expérimentation documentaire », organisé par Dario Marchiori. Thème de ma communication : « Le cinéma à vocation scientifique du groupe Dziga Vertov ».

L’entrée est libre, à condition de se retrouver un peu avant 10h devant l’entrée du bâtiment.

Toutes les informations :

 

Le positivisme esthétique au cinéma : une défaite politique

Cet article, paru à l’origine dans le n°4 de MédiaPhi, présente quelques hypothèses autour d’un héritage scientiste du cinéma politique. Il s’agit en particulier d’étudier le rapport des œuvres engagées à leur spectateur, du Capital d’Eisenstein à Jean-Luc Godard ou aux fictions sociales de Ken Loach.

Télécharger le manuscrit auteur en pdf : « Le positivisme esthétique au cinéma : une défaite politique »

 

Pour citer cet article :

Raphaël Jaudon, « Le positivisme esthétique au cinéma : une défaite politique », MédiaPhi, décembre 2013, no 4, manuscrit auteur.

Une politique sans théorie  ? Marxisme et émancipation dans le cinéma politique du Groupe Dziga Vertov

Produit d’un mémoire de Master 2 en Esthétique du cinéma sous la direction de Luc Vancheri, soutenu en mai 2013, ce texte est une tentative pour penser la politique en dehors de son attachement direct au cadre idéologique et partisan – représenté par l’affiliation du groupe Dziga Vertov au marxisme. Il en résulte une interrogation sur ce qu’une politique des formes peut désigner, sur le statut épistémologique qui est le sien, ainsi que sur les puissances d’image qu’elle est susceptible de déployer.

Télécharger ce document en pdf : « Une politique sans théorie ? Marxisme et émancipation dans le cinéma politique du groupe Dziga Vertov »

 

Pour citer ce travail :

Raphaël Jaudon, Une politique sans théorie ? Marxisme et émancipation dans le cinéma politique du Groupe Dziga Vertov, mémoire de Master 2 en Études cinématographiques, sous la direction de Luc Vancheri, Université Lyon 2, Lyon, 2013, 142 p.

« Luttes en Italie » du Groupe Dziga Vertov. De la philosophie à la politique

Ce texte, résultat d’un mémoire de Master 1, pourrait s’intituler « Sur un film oublié ». Un film pourtant co-réalisé par Jean-Luc Godard, à une époque (les années 68) dont beaucoup rêvent encore comme d’un glorieux mirage dans le désert de l’histoire. En outre, Luttes en Italie n’est pas seulement un joli témoignage de son temps par l’un des cinéastes qui l’ont vécu le plus intensément, mais également un essai étonnant, une tentative de théorie qui fait émerger plus de questions qu’elle n’en résout. En bref, un film à redécouvrir, et qui bénéficie aujourd’hui d’une réédition DVD dans le coffret Godard – Politique.

À ceux qui le souhaitent, cette modeste contribution académique servira de porte d’entrée dans l’œuvre, en proposant quelques pistes d’analyse.

Télécharger ce document en pdf : « Luttes en Italie » du Groupe Dziga Vertov : De la philosophie à la politique

 

Pour citer ce travail :

Raphaël Jaudon, Luttes en Italie du Groupe Dziga Vertov : De la philosophie à la politique, mémoire de Master 1 en Études cinématographiques, sous la direction de Luc Vancheri, Université Lyon 2, Lyon, 2012, 83 p.