Archives mensuelles : juin 2017

Journée d’études « Rancière à l’épreuve des arts » (Lyon, 23 juin)

Vendredi 23 juin de 10h à 18h, je co-organise* une journée d’études consacrée à la pensée de Jacques Rancière et à son rapport avec les arts (cinéma, photo, théâtre, littérature, arts plastiques). L’occasion de revenir sur ce philosophe devenu indispensable dans le champ contemporain, mais dont la pensée pose toujours un certain nombre de problèmes.

Je présenterai notamment une intervention intitulée « Jacques Rancière et l’analyse de films » (le titre parle de lui-même, il me semble). À noter également, la présence exceptionnelle de Nicolas Vieillescazes (éditeur et traducteur de nombreux ouvrages de la pensée critique), en charge de la conférence d’ouverture.

Lieu : Université Lyon 2, Campus des quais, Salle des colloques (ER20). Entrée libre.

Cliquez ici pour consulter le programme complet de la journée.

(*) Avec Alexis Cauvin, Bérénice Hamidi, Dario Marchiori et Laurie Rousseville.

Cinéma et société – correction du partiel (Working Girl)

Quelques éléments de correction de l’examen pour les groupes du mercredi 8h-10h et 10h-12h. Analyse d’un extrait du film : Working Girl (M. Nichols, 1989).

Pour revoir l’extrait, cliquez ici (possibilité de le télécharger si le player ne fonctionne pas).

Continuer la lecture

Cinéma et société – correction du partiel (Dancer in the Dark)

Quelques éléments de correction de l’examen pour le groupe du jeudi 10h-12h. Analyse d’un extrait du film : Dancer in the Dark (L. Von Trier, 2000).

(Un film que, personnellement, je n’apprécie pas du tout, mais que je trouve plutôt intéressant à analyser.)

Pour revoir l’extrait, cliquez ici (possibilité de le télécharger si le player ne fonctionne pas).

Continuer la lecture

Éléments de langage cinématographique – correction du partiel

Quelques éléments de correction sur l’exercice 1 de l’examen (la description et l’analyse de Take Shelter). Pour l’exercice 2 (les questions), je vous laisse vous reporter au cours.

Pour revoir l’extrait, cliquez ici (possibilité de le télécharger si le player ne fonctionne pas).

L’arrivée progressive du danger :

  • Au début de l’extrait : musique très calme (notes tenues, sans rythme défini) + gros plan sur les feuilles et le bruit léger du vent. Tout connote un moment calme et serein.
  • Lorsque Hannah (la fille du personnage principal) s’éloigne, une musique angoissante démarre, faite de nappes électroniques de plus en plus riches, de bourdonnements. Des sons qui évoquent très clairement une musique artificielle/électronique (on ne reconnait pas précisément précisément la source). Ce choix montre que l’on est dans un univers aux contours mal définis (rêve ? réalité ?).
  • À la fin de l’extrait, cette musique intègre progressivement un bruit de sirène anti-tornade. La musique était extra-diégétique, mais devient intra-diégétique. Le passage de l’un à l’autre est fluide.
  • Même structure au niveau des mouvements de caméra : au début il n’y en a pas ou très peu (quelques plans quasi-fixes) ; lorsque l’oiseau mort s’écrase au sol on a un panoramique subjectif rapide (vision précipitée, donc inquiète, de Curtis). Puis un travelling latéral qui suit la fuite des personnages.

La paranoïa du personnage principal :

  • Seul dialogue de ce passage : lorsqu’il crie pour appeler sa fille. Or, elle est sourde. Le film est d’emblée placé sous le signe de l’effort inutile du père envers sa fille, et de la surprotection.
  • De plus, on ne comprend pas bien de quoi il a peur lorsqu’elle s’éloigne.
  • Plan de la réparation du moteur : composition en triangle, dans laquelle le visage de Hannah est « encadré » par les autres éléments (surcadrage). Dès que le triangle est brisé (quand le père se penche en avant) la fillette peut s’enfuir. On peut y voir un effet paradoxal de la surprotection du père.
  • L’attaque des oiseaux : raccords étonnants (pas « faux » à proprement parler, mais presque). On peut parler ici de « raccords dans l’axe inverse » : la caméra reste sur un axe en ligne droite, mais se place aux deux extrémités de la scène et se retourne à 180° entre chaque plan. Il ne s’agit pas de « champs-contrechamps » (comme l’ont écrit certains) dans la mesure où nous voyons toujours les mêmes personnages à l’écran : signe que, peut-être, tout cela se passe dans sa tête ? En tout cas, la mise en scène est focalisée sur lui, sur ses sensations, sur ses impressions.

Le statut de l’extrait (rêve ou réalité ?) :

  • Durant l’attaque des oiseaux, la règle des 180° n’est pas respectée : on nous donne à voir un univers étrange, où nos repères sont mis en difficulté.
  • Il n’y a personne d’autre, alors que l’on est dans une banlieue résidentielle à l’américaine : symbole de l’isolement du personnage et de son repli sur le cercle familial.
  • Le son très présent et très artificiel, en outre, pourrait laisser penser qu’il s’agit d’un cauchemar ou d’un trouble mental.
  • MAIS : l’arrivée de la sirène et le glissement du son extra-diégétique vers un statut intra-diégétique va dans le sens inverse. Dans le tout dernier plan, on voit la femme de Curtis se réveiller en sursaut : la sirène est bien réelle, puisqu’elle l’a entendue aussi.
  • De plus, la musique et le son de sirène se poursuivent sur le dernier plan : Nichols ne propose pas une coupure radicale, façon « réveil en sursaut, tout cela n’était qu’un rêve » (sinon, le fond sonore se serait arrêté net).
  • Bref, nous sommes devant un extrait qui met en difficulté notre perception de l’espace et du temps, et notre rapport au réel, mais qui laisse planer le doute quant à son statut exact.

(Bien entendu, cette correction n’est pas exhaustive : il était possible de développer d’autres éléments d’analyse.)