Archives mensuelles : janvier 2017

L1 – Éléments de langage cinéma (documents)

Documents utiles pour le cours « Éléments de langage – cinéma » de 1ère année (portail « Arts », S2) :

Textes étudiés en cours :

Tableau récapitulatif des trois niveaux de l’analyse d’image selon Panofsky :

Théorie de l’analyse de films – correction du partiel

Ci-dessous, une grosse correction du partiel de Théorie de l’analyse (CM) de janvier 2017, dont le sujet était, je vous le rappelle : « Faut-il aimer un film pour bien l’analyser ? »

lss-00-03-16

Moi en lisant vos copies.

Pour commencer, un bref commentaire : si la question vous a parue simple, c’est que vous n’avez pas cherché assez loin. Pour faire un bon travail universitaire, il faut accepter de remettre en question vos certitudes et de proposer des réponses nuancées à des problèmes complexes, surtout pour ceux qui souhaitent poursuivre en Master (et je vous le souhaite aussi).

Par conséquent, la pire chose que vous puissiez faire était de répondre « oui/non, évidemment ! » (Il y a eu quelques copies de ce genre, malheureusement.)

Ceci étant dit, voilà une liste la plus complète possible des compétences qui pouvaient être attendues sur ce partiel :

  • s’appuyer sur des théories et exemples

  • pas d’erreurs dans les théories convoquées

  • utilisation pertinente des sources/exemples : par exemple, beaucoup ont utilisé Truffaut pour démontrer que l’amour des films mène à des analyses erronées ; mais Truffaut est d’abord un critique qui tend vers l’analyse, pas un analyste professionnel, il est logique qu’il fasse des erreurs ; de plus, l’exemple d’une seule personne qui se trompe n’a jamais suffi à prouver que tous ses présupposés sont faux. Il était donc plus prudent d’utiliser cet exemple au tout début, pour montrer les risques de la cinéphilie, et non pour prouver quoi que ce soit (à garder pour les parties suivantes, plus théoriques)

(Si les points précédents sont remplis, la note peut aller jusqu’à 10, à condition que l’argumentation soit solide et qu’il n’y ait pas d’erreurs dans les connaissances.)

  • comprendre que la réponse implicite est « non », et la nuancer

  • dépasser la thèse de l’analyse objective/scientifique, en apportant des arguments théoriques (et non pas seulement des exemples)

  • se demander s’il est possible de mettre complètement de côté notre goût (par exemple, le choix de l’objet d’étude n’est jamais totalement indifférent, cf. J. Aumont)

  • mettre en tension l’unicité de la méthode scientifique et la diversité des théories de l’analyse de films : si l’on pouvait se priver totalement de la subjectivité, il n’y aurait qu’une seule méthode d’analyse, et tout le monde la pratiquerait de la même manière ; or, manifestement, ce n’est pas le cas

(Si tous les points précédents sont remplis, la note peut aller jusqu’à 15.)

  • convoquer des exemples profondément problématiques : Mulvey (qui propose une filmologie très critique, mais tout en confessant qu’elle aime les films dont elle parle ; d’ailleurs son objectif est d’interroger notre plaisir de spectateur), Bordwell (qui propose un système apparemment rigoureux, historique, mais s’en sert ensuite, entre autres, pour évaluer la qualité de la mise en scène), Godard (qui analyse les films d’Hitchcock pour comprendre pourquoi ils sont si admirés, donc avec une forme de complexe d’infériorité, mais qui finit par défigurer les films eux-mêmes lorsqu’il en extrait des images pour produire de nouveaux montages), etc.

  • distinguer les différents moments de l’analyse (ou les différents gestes analytiques) : choix de l’objet, description, comparaison, commutation, contextualisation, interprétation, etc. La question du goût ne se pose pas nécessairement dans les mêmes termes pour chacune de ces opérations.

  • interroger le « bien » du sujet : Existe-t-il plusieurs types d’analyses ? Peut-on les distinguer en fonction de leur objectif ? de leurs présupposés théoriques, philosophiques ou politiques ? de la sous-discipline à laquelle elles se rattachent ? etc.

  • se poser la question du rôle, de la fonction de l’analyse (le « pourquoi ») : Pourquoi la question du goût de l’analyste pose problème ? Est-ce que cela remet en question la légitimité de son discours ? son crédit auprès de la communauté scientifique ?

 

Remarque : les paliers de notes que j’ai indiqué ne sont pas stricts. Il y a eu beaucoup de copies « originales » (en bien ou en mal) qui sont sortis de ces cadres. Mais c’est surtout pour vous donner une idée générale.

Conseils pour la suite (valables pour tout le monde) : ce qui est attendu de vous à l’université, ce ne sont ni des connaissances brutes ni une « opinion » sur le sujet proposé, mais une pensée structurée, cohérente et fluide. Soyez justes avec les auteurs (pas de critique gratuite), et soyez exigeants avec vous-mêmes (pas d’opinions lancées à la va-vite). Partez du principe que si l’enseignant vous donne un sujet, c’est que c’est un sujet qui pose problème : vous n’arriverez pas à lui trouver une solution infaillible en 1h30, mais vous pouvez montrer que vous comprenez les enjeux et les implications de la question ; en somme, que vous comprenez pourquoi la question se pose (c’est-à-dire pourquoi l’enseignant vous la pose).

Bonne continuation à toutes et tous !