Archives mensuelles : juin 2014

Émission : Cinéma et politique

Dario Marchiori, maître de conférence en Études cinématographiques à l’Université Lumière Lyon 2, synthétise les enjeux théoriques de ma thèse dans l’émission « Rendez-vous avec l’histoire du cinéma », sur RCF.

Pour réécouter l’émission :

 

(Pour le lien vers l’émission d’origine, cliquez ici.)

Le positivisme esthétique au cinéma : une défaite politique

Cet article, paru à l’origine dans le n°4 de MédiaPhi, présente quelques hypothèses autour d’un héritage scientiste du cinéma politique. Il s’agit en particulier d’étudier le rapport des œuvres engagées à leur spectateur, du Capital d’Eisenstein à Jean-Luc Godard ou aux fictions sociales de Ken Loach.

Télécharger le manuscrit auteur en pdf : « Le positivisme esthétique au cinéma : une défaite politique »

 

Pour citer cet article :

Raphaël Jaudon, « Le positivisme esthétique au cinéma : une défaite politique », MédiaPhi, décembre 2013, no 4, manuscrit auteur.

Une politique sans théorie  ? Marxisme et émancipation dans le cinéma politique du Groupe Dziga Vertov

Produit d’un mémoire de Master 2 en Esthétique du cinéma sous la direction de Luc Vancheri, soutenu en mai 2013, ce texte est une tentative pour penser la politique en dehors de son attachement direct au cadre idéologique et partisan – représenté par l’affiliation du groupe Dziga Vertov au marxisme. Il en résulte une interrogation sur ce qu’une politique des formes peut désigner, sur le statut épistémologique qui est le sien, ainsi que sur les puissances d’image qu’elle est susceptible de déployer.

Télécharger ce document en pdf : « Une politique sans théorie ? Marxisme et émancipation dans le cinéma politique du groupe Dziga Vertov »

 

Pour citer ce travail :

Raphaël Jaudon, Une politique sans théorie ? Marxisme et émancipation dans le cinéma politique du Groupe Dziga Vertov, mémoire de Master 2 en Études cinématographiques, sous la direction de Luc Vancheri, Université Lyon 2, Lyon, 2013, 142 p.

« Luttes en Italie » du Groupe Dziga Vertov. De la philosophie à la politique

Ce texte, résultat d’un mémoire de Master 1, pourrait s’intituler « Sur un film oublié ». Un film pourtant co-réalisé par Jean-Luc Godard, à une époque (les années 68) dont beaucoup rêvent encore comme d’un glorieux mirage dans le désert de l’histoire. En outre, Luttes en Italie n’est pas seulement un joli témoignage de son temps par l’un des cinéastes qui l’ont vécu le plus intensément, mais également un essai étonnant, une tentative de théorie qui fait émerger plus de questions qu’elle n’en résout. En bref, un film à redécouvrir, et qui bénéficie aujourd’hui d’une réédition DVD dans le coffret Godard – Politique.

À ceux qui le souhaitent, cette modeste contribution académique servira de porte d’entrée dans l’œuvre, en proposant quelques pistes d’analyse.

Télécharger ce document en pdf : « Luttes en Italie » du Groupe Dziga Vertov : De la philosophie à la politique

 

Pour citer ce travail :

Raphaël Jaudon, Luttes en Italie du Groupe Dziga Vertov : De la philosophie à la politique, mémoire de Master 1 en Études cinématographiques, sous la direction de Luc Vancheri, Université Lyon 2, Lyon, 2012, 83 p.

Bienvenue

Il y a quelque chose d’assez grisant dans le fait de souhaiter la bienvenue à des lecteurs qui ne sont pas encore là. Mais puisque c’est l’usage, ma foi : bienvenue à vous !

Je profite de cet accueil pour répondre à une première interrogation : celle de l’utilité d’un blog de chercheur.

Déjà, il s’agit d’assurer à la recherche universitaire un minimum de visibilité. Ceux qui ont déjà essayé de trouver les sites personnels de certains enseignants-chercheurs le savent : il vaut mieux avoir du temps devant soi. Il me semble qu’en tant qu’universitaires, certains de nos centres d’intérêt sont déjà suffisamment obscurs en eux-mêmes. Inutile d’en rajouter en les privant d’une accessibilité correcte sur le web. À ce titre, la plateforme Hypothèses permet une lisibilité optimale et une centralisation efficace des données (informations, articles, billets).

Ensuite, de proposer une réception dynamique des publications universitaires. Autrefois, pour savoir ce que la communauté scientifique pensait d’une publication, il fallait attendre qu’un nom plus glorieux lui fasse l’honneur d’un éloge en note de bas de page, lorsqu’il ne se contentait pas d’une réfutation sèche et méprisante. Au mieux, donc, un délais de quelques années. Dieu soit loué, Internet nous laisse espérer une sortie rapide et définitive de cet âge obscur.

Et puis, c’était soit ça, soit une affiche publicitaire de moi en pleine rue. Il paraît que les laboratoires américains le font avec leurs chercheurs les plus renommés… malheureusement, je n’arrive plus à retrouver la source de l’information. « Quand la légende est plus belle que la réalité, alors on publie la légende », comme dirait John Ford. Quoi qu’il en soit, je ne suis pas très photogénique, ça n’aurait rien donné. Va pour le blog, qui a l’avantage supplémentaire d’être gratuit.

Les fondations étant posées, reste à construire l’édifice qui suivra.