Archives de catégorie : L3 Esthétique du cinéma

L3 – Esthétique du cinéma (documents)

Documents utiles pour le cours d’esthétique du cinéma de 3ème année :

Filmographie du cours (avec mention des films possiblement « spoilés »).

– Le programme du colloque international « L’expérimentation documentaire », organisé par Dario Marchiori, qui aura lieu à Lyon 2 du 17 au 22 novembre. De nombreux événements sont prévus, notamment une projection de films en 16mm sur « Le regard documentaire dans le cinéma expérimental » le mardi 17 de 12h à 14h à l’Amphithéâtre Culturel (campus de Bron). Entrée libre.

Pour ma part, j’interviendrai dans le cadre du colloque le vendredi 20 à 14h (salle : MILC, Amphithéâtre 005 ; 35, rue Raulin – 69007 Lyon) avec une intervention intitulée : « Le réalisme expérimental du groupe Dziga Vertov, ou le cinéma comme science inversée ».

– Le programme du festival « A nous de voir – cinéma et sciences » (Théâtre de la Renaissance, Oullins, 19-29 novembre).

Eisenstein, « Le montage des attractions au cinéma » (1924) : un texte dans lequel Eisenstein explique sa théorie du « montage des attractions », qui consiste à programmer les réactions affectives des spectateurs pour les amener à formuler dans leur tête une interprétation politique bien précise.

Godard, « Que faire ? » (1970) : un texte rédigé au moment où JLG quitte le cinéma commercial pour fonder le collectif marxiste « groupe Dziga Vertov » ; un texte important pour comprendre les fondements du cinéma militant.

Baudry, « Effets idéologiques produits par l’appareil de base » (1970) : le texte fondateur des « théories du dispositif », qui cherchent à étudier les effets du cinéma en tant qu’appareil sur la conscience des spectateurs.

Baudry, « Approches métapsychologiques de l’impression de réalité » (1975): le second article important de Baudry, dans lequel il étudie l’impression de réalité produite par le cinéma sous l’angle psychanalytique.

– Faroult, « Mettre le spectateur au travail ? » (2012) : David Faroult, maître de conférences en études cinématographiques, analyse une obsession récurrente chez les cinéastes militants, qui consiste à vouloir rendre leur spectateur actif ; ce qui implique que le spectateur serait maintenu dans un état passif par la plupart des films « classiques ».

Rivette, « De l’abjection » (1961) : une courte critique publiée dans les Cahiers du cinéma, dans laquelle Jacques Rivette défend l’idée d’une morale de la réalisation, à partir d’un film sur les camps de concentration qu’il juge « abject » (Kapo de Gillo Pontecorvo).

– Daney, « Le travelling de Kapo » (1992) : trente ans plus tard, Serge Daney revient sur le texte de Rivette, souligne son importance historique, et affirme que la condamnation morale du travelling de Pontecorvo lui a permis de se déterminer lui-même, en tant que cinéphile et en tant qu’individu.

Rancière, « Le travail de l’image » (2007) : un texte décisif du philosophe Jacques Rancière, qui examine le débat autour de la représentation de l’Holocauste et tente de faire apparaître les présupposés qui soutiennent la pensée de « l’irreprésentable ». Il développe en particulier une critique de l’idée de représentation : pour lui, le travail de l’image est plus complexe que le croient les tenants de l’irreprésentable. Il n’est jamais une substitution pure et simple entre une image (immorale) et un événement, mais un dialogue et une proposition de liaison entre l’un et l’autre.