Archives de catégorie : Billets

Journée d’études « Rancière à l’épreuve des arts » (Lyon, 23 juin)

Vendredi 23 juin de 10h à 18h, je co-organise* une journée d’études consacrée à la pensée de Jacques Rancière et à son rapport avec les arts (cinéma, photo, théâtre, littérature, arts plastiques). L’occasion de revenir sur ce philosophe devenu indispensable dans le champ contemporain, mais dont la pensée pose toujours un certain nombre de problèmes.

Je présenterai notamment une intervention intitulée « Jacques Rancière et l’analyse de films » (le titre parle de lui-même, il me semble). À noter également, la présence exceptionnelle de Nicolas Vieillescazes (éditeur et traducteur de nombreux ouvrages de la pensée critique), en charge de la conférence d’ouverture.

Lieu : Université Lyon 2, Campus des quais, Salle des colloques (ER20). Entrée libre.

Cliquez ici pour consulter le programme complet de la journée.

(*) Avec Alexis Cauvin, Bérénice Hamidi, Dario Marchiori et Laurie Rousseville.

L1 – Éléments de langage cinéma (documents)

Documents utiles pour le cours « Éléments de langage – cinéma » de 1ère année (portail « Arts », S2) :

Textes étudiés en cours :

Tableau récapitulatif des trois niveaux de l’analyse d’image selon Panofsky :

Depuis Bordeaux

Petite photo-souvenir de Bordeaux, jolie ville qui abritait elle-même un joli colloque en juillet dernier. Voici un extrait de l’atelier qui rassemblait, entre autres, Raphaël Szöllösy et moi-même (remarquez que la composition donne déjà une sympathique « poétique de l’espace », comme dirait le texte qui me surplombe).

Crédit photo : Jacques Gerstenkorn (qui n’a pas simplement capté la recherche en train de se faire, mais y a également participé en tant que modérateur de l’atelier « Politique et histoire »).

Les deux Raphaël : l'un parle, l'autre écrit.

Les deux Raphaël : l’un parle, l’autre écrit.

Bref, tout ça pour m’excuser de ne pas avoir immortalisé ce moment plutôt par un selfie, l’occasion aurait été idéale. Mais pour ceux qui suivront mes cours cette année en L1 : ce n’est que partie remise. Je n’en dis pas plus pour le moment.

Ce que les films font à la philosophie (Université Lyon 3, 17 mars 2016)

affiche

Bonjour à tous !

J’interviendrai le 17 mars prochain dans le cadre de la journée d’études « Ce que les films et les médias font à la philosophie », organisée par Mauro Carbone, Jean-Pierre Esquenazi et Luc Vancheri.

Ma communication, qui au passage sera la première de cette riche journée, s’intitule « Philosophie politique, cinématographie du politique, esthétique de la politique ». J’y parlerai de la place des études de cinéma parmi les autres savoirs traitant de la question politique, et en particulier par rapport à la philosophie.

Rendez-vous à 9h30 en salle CH-307 (Université Lyon 3, 18 rue Chevreul) !

Parution : « Comprendre les manifestes du cinéma moderne » (revue Marges)

Le n° 21 de la revue Marges (Presses Universitaires de Vincennes), consacrés aux manifestes, vient de paraître ! Vous y trouverez notamment, en tout début de volume, mon article « Comprendre les manifestes du cinéma moderne. Vers une définition contemporaine du politique ».

Pour les abonnés Cairn, l’article est disponible en texte intégral sur cette page. Pour les autres, le volume est en vente ici.

Résumé de l’article : Si les films modernes sont pour la plupart demeurés à l’écart de l’engagement politique, ce n’est pas le cas des nombreux manifestes qui les ont accompagnés. Il faut lire dans cet écart la marque d’une politisation détournée, inadéquate aux catégories de la pensée partisane de l’époque. À partir de cette situation inédite, cet article propose trois pistes d’analyse, qui sont autant de modalités d’identification du politique au cinéma.

Colloque « L’image et son dehors » (La Réunion, 6-7 mai 2015)

J’interviendrai le mercredi 6 mai prochain dans le cadre de la première journée du colloque international « L’image et son dehors », organisé par Markus Arnold et Mounir Allaoui à l’École Supérieure d’Art de La Réunion. Malheureusement, ce sera uniquement de la visioconférence dans mon cas (je ne vous détaille pas les problèmes financiers rencontrés par l’Université française ces derniers temps…), mais qu’importe la distance, pourvu qu’on ait l’ivresse.

Les Parapluies de Cherbourg

En l’occurrence, je serai ivre de chansons et ivre de politique, puisque je parlerai à cette occasion du rapport de deux cinéastes de la Nouvelle Vague à la guerre d’Algérie : Jean-Luc Godard (Le Petit Soldat) et Jacques Demy (Les Parapluies de Cherbourg) !

Continuer la lecture

Séminaire « L’expérimentation documentaire » (Lyon, 26 mars 2015)

J’animerai ce jeudi 26 mars, de 10h à 12h, la troisième séance du séminaire sur « L’expérimentation documentaire », organisé par Dario Marchiori. Thème de ma communication : « Le cinéma à vocation scientifique du groupe Dziga Vertov ».

L’entrée est libre, à condition de se retrouver un peu avant 10h devant l’entrée du bâtiment.

Toutes les informations :

 

Les politiques de la peur (Corey Robin, « La Peur : Histoire d’une idée politique », A. Colin, 2006)

Le terrorisme, c’est la peur mise en pratique. Rien de bien nouveau depuis ce 7 janvier, si ce n’est que la pratique, cette fois, est arrivée jusqu’à nous. Non que la peur fut absente ; les menaces de mort régulièrement reçues par les rédacteurs de Charlie Hebdo sont là pour en attester. Simplement, ce qui n’était qu’une émotion individuelle – et vigoureusement combattue par la bande à Charb – est aujourd’hui un fait national. Et malheureusement, il n’y a aucune raison que ça passe.

Continuer la lecture

Bienvenue

Il y a quelque chose d’assez grisant dans le fait de souhaiter la bienvenue à des lecteurs qui ne sont pas encore là. Mais puisque c’est l’usage, ma foi : bienvenue à vous !

Je profite de cet accueil pour répondre à une première interrogation : celle de l’utilité d’un blog de chercheur.

Déjà, il s’agit d’assurer à la recherche universitaire un minimum de visibilité. Ceux qui ont déjà essayé de trouver les sites personnels de certains enseignants-chercheurs le savent : il vaut mieux avoir du temps devant soi. Il me semble qu’en tant qu’universitaires, certains de nos centres d’intérêt sont déjà suffisamment obscurs en eux-mêmes. Inutile d’en rajouter en les privant d’une accessibilité correcte sur le web. À ce titre, la plateforme Hypothèses permet une lisibilité optimale et une centralisation efficace des données (informations, articles, billets).

Ensuite, de proposer une réception dynamique des publications universitaires. Autrefois, pour savoir ce que la communauté scientifique pensait d’une publication, il fallait attendre qu’un nom plus glorieux lui fasse l’honneur d’un éloge en note de bas de page, lorsqu’il ne se contentait pas d’une réfutation sèche et méprisante. Au mieux, donc, un délais de quelques années. Dieu soit loué, Internet nous laisse espérer une sortie rapide et définitive de cet âge obscur.

Et puis, c’était soit ça, soit une affiche publicitaire de moi en pleine rue. Il paraît que les laboratoires américains le font avec leurs chercheurs les plus renommés… malheureusement, je n’arrive plus à retrouver la source de l’information. « Quand la légende est plus belle que la réalité, alors on publie la légende », comme dirait John Ford. Quoi qu’il en soit, je ne suis pas très photogénique, ça n’aurait rien donné. Va pour le blog, qui a l’avantage supplémentaire d’être gratuit.

Les fondations étant posées, reste à construire l’édifice qui suivra.