Archives de l’auteur : Raphaël Jaudon

L1 Projet personnel et professionnel – documents

Documents utiles pour le cours de PPP :

 

Journée d’études « Rancière à l’épreuve des arts » (Lyon, 23 juin)

Vendredi 23 juin de 10h à 18h, je co-organise* une journée d’études consacrée à la pensée de Jacques Rancière et à son rapport avec les arts (cinéma, photo, théâtre, littérature, arts plastiques). L’occasion de revenir sur ce philosophe devenu indispensable dans le champ contemporain, mais dont la pensée pose toujours un certain nombre de problèmes.

Je présenterai notamment une intervention intitulée « Jacques Rancière et l’analyse de films » (le titre parle de lui-même, il me semble). À noter également, la présence exceptionnelle de Nicolas Vieillescazes (éditeur et traducteur de nombreux ouvrages de la pensée critique), en charge de la conférence d’ouverture.

Lieu : Université Lyon 2, Campus des quais, Salle des colloques (ER20). Entrée libre.

Cliquez ici pour consulter le programme complet de la journée.

(*) Avec Alexis Cauvin, Bérénice Hamidi, Dario Marchiori et Laurie Rousseville.

L3 Théorie de l’analyse de films (documents)

Documents utiles pour le cours « Théorie de l’analyse de films » de 3ème année.

Textes étudiés en cours :

L1 – Arts du spectacle et société (documents)

Documents utiles pour le cours « Arts du spectacle et société » de 1ère année, sur le thème du travail (portail « Médias, culture et société », S2) :

Textes étudiés en cours :

L1 – Iconologie (documents)

NOUVEAU : correction du partiel (décembre 2016). Cliquer ici pour y accéder.

Documents utiles pour le cours d’iconologie de 1ère année (portail « Médias, culture et société », S1) :

Textes étudiés en cours :

Sujets d’exposés à télécharger (avec consignes si besoin)*. Entre crochets, la date de passage à l’oral (non négociable) :

(* Si le player vidéo ne fonctionne pas, téléchargez les fichiers pour les lire depuis un autre logiciel.)

Depuis Bordeaux

Petite photo-souvenir de Bordeaux, jolie ville qui abritait elle-même un joli colloque en juillet dernier. Voici un extrait de l’atelier qui rassemblait, entre autres, Raphaël Szöllösy et moi-même (remarquez que la composition donne déjà une sympathique « poétique de l’espace », comme dirait le texte qui me surplombe).

Crédit photo : Jacques Gerstenkorn (qui n’a pas simplement capté la recherche en train de se faire, mais y a également participé en tant que modérateur de l’atelier « Politique et histoire »).

Les deux Raphaël : l'un parle, l'autre écrit.

Les deux Raphaël : l’un parle, l’autre écrit.

Bref, tout ça pour m’excuser de ne pas avoir immortalisé ce moment plutôt par un selfie, l’occasion aurait été idéale. Mais pour ceux qui suivront mes cours cette année en L1 : ce n’est que partie remise. Je n’en dis pas plus pour le moment.

Congrès de l’Afeccav 2016 (Université Bordeaux Montaigne, 6-8 juillet 2016)

Tous les deux ans, l’Association Française des Chercheurs en Cinéma et Audiovisuel (Afeccav) organise trois jours de congrès scientifique. Cette année, c’est à Bordeaux, et le thème retenu est « Remake, franchise, filiation ». Il y sera donc question d’héritages, d’inspirations, et plus généralement de la manière dont des images font suite à d’autres.

À cette occasion, j’interviendrai le vendredi matin pour parler des nouveaux cinémas des années 1960, et de leur rapport ambigu à l’histoire de l’art révolutionnaire.

Pour ceux que ça intéresse, voilà le programme complet en deux versions : une courte et une longue (avec résumés des interventions).

Parution : « Le cinéma politique du groupe Dziga Vertov : montage, collage ou citation ? » (revue Textimage)

Tout juste paru : le nouveau numéro de la revue universitaire en ligne Textimage, qui porte sur le « montage » sous toutes ses formes (littéraire, cinématographique, plastique, politique, etc.).

Fig4

J’y ai signé un article qui revient sur la différence entre MONTAGE, COLLAGE et CITATION à travers l’exemple de Godard (qui a souvent été associé aux trois termes sans trop de distinction), et plus particulièrement de sa période militante. Mais bon, il y a aussi du Carpenter, des aliens, du marxisme approximatif et des filles à poil. Les lois du marketing, que voulez-vous.

Tout est consultable gratuitement et librement sur le site de la revue !

Auteurism Then and Now (University of Pittsburgh, PA, 14-15 mars 3016)

J’interviendrai aux États-Unis cette semaine dans un colloque sur l’auteurisme, organisé dans le cadre du partenariat Pittsburgh/Lyon2. J’y parlerai de la « politique des auteurs » et de ses rapports avec la politique tout court, notamment dans le cadre du face-à-face entre cinéma et mondialisation dans les années 60.

Le programme complet est ici !

Ce que les films font à la philosophie (Université Lyon 3, 17 mars 2016)

affiche

Bonjour à tous !

J’interviendrai le 17 mars prochain dans le cadre de la journée d’études « Ce que les films et les médias font à la philosophie », organisée par Mauro Carbone, Jean-Pierre Esquenazi et Luc Vancheri.

Ma communication, qui au passage sera la première de cette riche journée, s’intitule « Philosophie politique, cinématographie du politique, esthétique de la politique ». J’y parlerai de la place des études de cinéma parmi les autres savoirs traitant de la question politique, et en particulier par rapport à la philosophie.

Rendez-vous à 9h30 en salle CH-307 (Université Lyon 3, 18 rue Chevreul) !

Vidéo : L’expérimentation est une forme de réalisme

En novembre 2015, j’ai proposé une communication intitulée « Le réalisme expérimental du groupe Dziga Vertov, ou le cinéma comme science du monde », dans le cadre du Colloque International « L’expérimentation documentaire », organisé à Lyon par Dario Marchiori. J’y ai développé l’idée d’un cinéma pensé comme une pratique scientifique, avec pour but de décrire et de modéliser la réalité.

À cette occasion, je me suis entretenu avec des étudiants du Master 2 DASI (Diffusion des Arts et des Savoirs par l’Image) de l’Université Lyon 2, qui ont réalisé cette sympathique vidéo. J’y explique mon projet de recherche, sa genèse et ses motivations, en 3 minutes. En attendant une éventuelle reprise de ce travail sous la forme d’une publication écrite, cette vidéo donne quelques éclaircissements sur la possibilité de penser l’expérimentation formelle, y compris la plus extravagante, comme une pratique réaliste.

Continuer la lecture

Parution : Revue Écrans, n° 3

Le n° 3 de la revue Écrans (Classiques Garnier), consacrés à l’« expanded cinema » (cinéma élargi), vient de paraître ! Ce numéro, dirigé par Dario Marchiori, Luc Vancheri et moi-même, rassemble des articles qui interrogent les enjeux esthétiques, médiatiques, politiques ou encore phénoménologiques liés aux formes contemporaines de l’image en mouvement – qu’elles puissent encore recevoir ou non le nom de « cinéma ».

Pour ma part, je propose dans ce volume trois courts avant-propos visant à éclaircir les problématiques abordées par les contributeurs, ainsi qu’à situer ces problèmes dans le paysage esthétique actuel. Leurs titres : « Le lieu du cinéma », « Du mystère cinématographique à la politique du cinéma », et « Pour la suite de l’art ».

Le numéro est disponible sur le site de l’éditeur, ainsi que dans toute bibliothèque universitaire normalement constituée.

Parution : « Comprendre les manifestes du cinéma moderne » (revue Marges)

Le n° 21 de la revue Marges (Presses Universitaires de Vincennes), consacrés aux manifestes, vient de paraître ! Vous y trouverez notamment, en tout début de volume, mon article « Comprendre les manifestes du cinéma moderne. Vers une définition contemporaine du politique ».

Pour les abonnés Cairn, l’article est disponible en texte intégral sur cette page. Pour les autres, le volume est en vente ici.

Résumé de l’article : Si les films modernes sont pour la plupart demeurés à l’écart de l’engagement politique, ce n’est pas le cas des nombreux manifestes qui les ont accompagnés. Il faut lire dans cet écart la marque d’une politisation détournée, inadéquate aux catégories de la pensée partisane de l’époque. À partir de cette situation inédite, cet article propose trois pistes d’analyse, qui sont autant de modalités d’identification du politique au cinéma.

L3 – Esthétique du cinéma (documents)

Documents utiles pour le cours d’esthétique du cinéma de 3ème année :

Filmographie du cours (avec mention des films possiblement « spoilés »).

– Le programme du colloque international « L’expérimentation documentaire », organisé par Dario Marchiori, qui aura lieu à Lyon 2 du 17 au 22 novembre. De nombreux événements sont prévus, notamment une projection de films en 16mm sur « Le regard documentaire dans le cinéma expérimental » le mardi 17 de 12h à 14h à l’Amphithéâtre Culturel (campus de Bron). Entrée libre.

Pour ma part, j’interviendrai dans le cadre du colloque le vendredi 20 à 14h (salle : MILC, Amphithéâtre 005 ; 35, rue Raulin – 69007 Lyon) avec une intervention intitulée : « Le réalisme expérimental du groupe Dziga Vertov, ou le cinéma comme science inversée ».

– Le programme du festival « A nous de voir – cinéma et sciences » (Théâtre de la Renaissance, Oullins, 19-29 novembre).

Eisenstein, « Le montage des attractions au cinéma » (1924) : un texte dans lequel Eisenstein explique sa théorie du « montage des attractions », qui consiste à programmer les réactions affectives des spectateurs pour les amener à formuler dans leur tête une interprétation politique bien précise.

Godard, « Que faire ? » (1970) : un texte rédigé au moment où JLG quitte le cinéma commercial pour fonder le collectif marxiste « groupe Dziga Vertov » ; un texte important pour comprendre les fondements du cinéma militant.

Baudry, « Effets idéologiques produits par l’appareil de base » (1970) : le texte fondateur des « théories du dispositif », qui cherchent à étudier les effets du cinéma en tant qu’appareil sur la conscience des spectateurs.

Baudry, « Approches métapsychologiques de l’impression de réalité » (1975): le second article important de Baudry, dans lequel il étudie l’impression de réalité produite par le cinéma sous l’angle psychanalytique.

– Faroult, « Mettre le spectateur au travail ? » (2012) : David Faroult, maître de conférences en études cinématographiques, analyse une obsession récurrente chez les cinéastes militants, qui consiste à vouloir rendre leur spectateur actif ; ce qui implique que le spectateur serait maintenu dans un état passif par la plupart des films « classiques ».

Rivette, « De l’abjection » (1961) : une courte critique publiée dans les Cahiers du cinéma, dans laquelle Jacques Rivette défend l’idée d’une morale de la réalisation, à partir d’un film sur les camps de concentration qu’il juge « abject » (Kapo de Gillo Pontecorvo).

– Daney, « Le travelling de Kapo » (1992) : trente ans plus tard, Serge Daney revient sur le texte de Rivette, souligne son importance historique, et affirme que la condamnation morale du travelling de Pontecorvo lui a permis de se déterminer lui-même, en tant que cinéphile et en tant qu’individu.

Rancière, « Le travail de l’image » (2007) : un texte décisif du philosophe Jacques Rancière, qui examine le débat autour de la représentation de l’Holocauste et tente de faire apparaître les présupposés qui soutiennent la pensée de « l’irreprésentable ». Il développe en particulier une critique de l’idée de représentation : pour lui, le travail de l’image est plus complexe que le croient les tenants de l’irreprésentable. Il n’est jamais une substitution pure et simple entre une image (immorale) et un événement, mais un dialogue et une proposition de liaison entre l’un et l’autre.