Archives de l’auteur : Raphaël Jaudon

Journée d’études « Rancière à l’épreuve des arts » (Lyon, 23 juin)

Vendredi 23 juin de 10h à 18h, je co-organise* une journée d’études consacrée à la pensée de Jacques Rancière et à son rapport avec les arts (cinéma, photo, théâtre, littérature, arts plastiques). L’occasion de revenir sur ce philosophe devenu indispensable dans le champ contemporain, mais dont la pensée pose toujours un certain nombre de problèmes.

Je présenterai notamment une intervention intitulée « Jacques Rancière et l’analyse de films » (le titre parle de lui-même, il me semble). À noter également, la présence exceptionnelle de Nicolas Vieillescazes (éditeur et traducteur de nombreux ouvrages de la pensée critique), en charge de la conférence d’ouverture.

Lieu : Université Lyon 2, Campus des quais, Salle des colloques (ER20). Entrée libre.

Cliquez ici pour consulter le programme complet de la journée.

(*) Avec Alexis Cauvin, Bérénice Hamidi, Dario Marchiori et Laurie Rousseville.

Cinéma et société – correction du partiel (Working Girl)

Quelques éléments de correction de l’examen pour les groupes du mercredi 8h-10h et 10h-12h. Analyse d’un extrait du film : Working Girl (M. Nichols, 1989).

Pour revoir l’extrait, cliquez ici (possibilité de le télécharger si le player ne fonctionne pas).

Continuer la lecture

Cinéma et société – correction du partiel (Dancer in the Dark)

Quelques éléments de correction de l’examen pour le groupe du jeudi 10h-12h. Analyse d’un extrait du film : Dancer in the Dark (L. Von Trier, 2000).

(Un film que, personnellement, je n’apprécie pas du tout, mais que je trouve plutôt intéressant à analyser.)

Pour revoir l’extrait, cliquez ici (possibilité de le télécharger si le player ne fonctionne pas).

Continuer la lecture

Éléments de langage cinématographique – correction du partiel

Quelques éléments de correction sur l’exercice 1 de l’examen (la description et l’analyse de Take Shelter). Pour l’exercice 2 (les questions), je vous laisse vous reporter au cours.

Pour revoir l’extrait, cliquez ici (possibilité de le télécharger si le player ne fonctionne pas).

L’arrivée progressive du danger :

  • Au début de l’extrait : musique très calme (notes tenues, sans rythme défini) + gros plan sur les feuilles et le bruit léger du vent. Tout connote un moment calme et serein.
  • Lorsque Hannah (la fille du personnage principal) s’éloigne, une musique angoissante démarre, faite de nappes électroniques de plus en plus riches, de bourdonnements. Des sons qui évoquent très clairement une musique artificielle/électronique (on ne reconnait pas précisément précisément la source). Ce choix montre que l’on est dans un univers aux contours mal définis (rêve ? réalité ?).
  • À la fin de l’extrait, cette musique intègre progressivement un bruit de sirène anti-tornade. La musique était extra-diégétique, mais devient intra-diégétique. Le passage de l’un à l’autre est fluide.
  • Même structure au niveau des mouvements de caméra : au début il n’y en a pas ou très peu (quelques plans quasi-fixes) ; lorsque l’oiseau mort s’écrase au sol on a un panoramique subjectif rapide (vision précipitée, donc inquiète, de Curtis). Puis un travelling latéral qui suit la fuite des personnages.

La paranoïa du personnage principal :

  • Seul dialogue de ce passage : lorsqu’il crie pour appeler sa fille. Or, elle est sourde. Le film est d’emblée placé sous le signe de l’effort inutile du père envers sa fille, et de la surprotection.
  • De plus, on ne comprend pas bien de quoi il a peur lorsqu’elle s’éloigne.
  • Plan de la réparation du moteur : composition en triangle, dans laquelle le visage de Hannah est « encadré » par les autres éléments (surcadrage). Dès que le triangle est brisé (quand le père se penche en avant) la fillette peut s’enfuir. On peut y voir un effet paradoxal de la surprotection du père.
  • L’attaque des oiseaux : raccords étonnants (pas « faux » à proprement parler, mais presque). On peut parler ici de « raccords dans l’axe inverse » : la caméra reste sur un axe en ligne droite, mais se place aux deux extrémités de la scène et se retourne à 180° entre chaque plan. Il ne s’agit pas de « champs-contrechamps » (comme l’ont écrit certains) dans la mesure où nous voyons toujours les mêmes personnages à l’écran : signe que, peut-être, tout cela se passe dans sa tête ? En tout cas, la mise en scène est focalisée sur lui, sur ses sensations, sur ses impressions.

Le statut de l’extrait (rêve ou réalité ?) :

  • Durant l’attaque des oiseaux, la règle des 180° n’est pas respectée : on nous donne à voir un univers étrange, où nos repères sont mis en difficulté.
  • Il n’y a personne d’autre, alors que l’on est dans une banlieue résidentielle à l’américaine : symbole de l’isolement du personnage et de son repli sur le cercle familial.
  • Le son très présent et très artificiel, en outre, pourrait laisser penser qu’il s’agit d’un cauchemar ou d’un trouble mental.
  • MAIS : l’arrivée de la sirène et le glissement du son extra-diégétique vers un statut intra-diégétique va dans le sens inverse. Dans le tout dernier plan, on voit la femme de Curtis se réveiller en sursaut : la sirène est bien réelle, puisqu’elle l’a entendue aussi.
  • De plus, la musique et le son de sirène se poursuivent sur le dernier plan : Nichols ne propose pas une coupure radicale, façon « réveil en sursaut, tout cela n’était qu’un rêve » (sinon, le fond sonore se serait arrêté net).
  • Bref, nous sommes devant un extrait qui met en difficulté notre perception de l’espace et du temps, et notre rapport au réel, mais qui laisse planer le doute quant à son statut exact.

(Bien entendu, cette correction n’est pas exhaustive : il était possible de développer d’autres éléments d’analyse.)

CM « Figures » – correction du partiel (partie « son »)

Quelques éléments de correction concernant l’exercice sur le son au cinéma.

Question n° 1 (1 point)

Comment appelle-t-on (0,25 point par bonne réponse) :

  • une source sonore potentielle, visible à l’écran, mais dont le son nest pas audible ? Réponse : « son en creux » ou « son fantôme » (les deux étaient acceptés)
  • une musique ou un bruitage qui semble indifférent au caractère tragique ou pathétique de laction ? Réponse : « son anempathique »
  • une voix ajoutée en post-production, et qui nappartient pas à la diégèse ? Réponse : « voix extradiégétique » ou « voix over » (mais surtout pas « voix off » ! Le terme désigne simplement la voix d’un personnage hors-champ, donc qui appartient à la diégèse.)
  • un motif musical associé à un personnage ou à un événement ? Réponse : « leitmotiv »

Question n° 2 (1 point)

Quest-ce que le « verbo-centrisme » du cinéma parlant, selon Michel Chion (L’Audio-vision) ?

Plusieurs éléments de réponse étaient attendus :

  • Le fait que toute la conception du film (mise en scène, montage, mixage…) soit orientée dans le but de faire écouter les dialogues le plus distinctement possible.
  • Le fait que les dialogues soient abondants.
  • Le fait que le texte soit le support principal de la progression narrative. (le plus important)
  • Le fait que tout ceci soit implicite, que le spectateur ait l’impression (trompeuse) d’assister à une œuvre complexe dans laquelle les dialogues ne représenteraient qu’une partie négligeable de l’énonciation filmique.

Contrôle continu – Consignes

Consigne générale : analyse d’un extrait de film/série/dessin animé sur le thème du travail.

Votre dossier devra faire apparaitre :

  1. le problème posé par le film (pas seulement « le travail » en général, mais le thème plus précis : conditions de travail, division des tâches, pénibilité, « valeur travail », intérêt pour la société, chômage, travail forcé, travail intellectuel ou manuel, questions de genre ou de classe, etc.)
  2. le point de vue défendu par l’auteur (il peut s’agir d’un point de vue « neutre »), sa vision du travail, son idéologie
  3. la manière dont les choix artistiques (montage, cadrage, lumière, jeu d’acteur, son, musique, etc.) construisent le point de vue du film

Choix de l’extrait :

  • Privilégiez les extraits courts (entre 2 et 5 minutes environ), pour avoir le temps de développer des analyses précises. Il s’agit d’un travail d’analyse de l’image : j’attends un résultat rigoureux et argumenté.
  • Pensez à indiquer au début du dossier le minutage de l’extrait par rapport au film entier (par exemple : « l’extrait choisi commence à 01:05:35 et termine à 01:08:58 »).
  • Si l’extrait est en streaming sur internet : envoyez-moi par mail le lien pour le visionner (pour me faire gagner du temps).
  • Si l’extrait n’est pas disponible en streaming, vous pouvez aussi me l’envoyer (ou m’envoyer le film entier) par WeTransfer, ou un service équivalent. Merci d’avance !

Format du dossier :

  • 5 pages maximum (traitement de texte)
  • police « Times New Roman », taille 12, interligne 1,5
  • à rendre sous forme imprimée pour le 26 avril (groupes du mercredi) ou le 27 avril (groupes du jeudi)

En cas de souci, n’hésitez pas à me joindre par mail : R.Jaudon@univ-lyon2.fr

Bon courage !

L1 – Éléments de langage cinéma (documents)

Documents utiles pour le cours « Éléments de langage – cinéma » de 1ère année (portail « Arts », S2) :

Textes étudiés en cours :

Tableau récapitulatif des trois niveaux de l’analyse d’image selon Panofsky :

Théorie de l’analyse de films – correction du partiel

Ci-dessous, une grosse correction du partiel de Théorie de l’analyse (CM) de janvier 2017, dont le sujet était, je vous le rappelle : « Faut-il aimer un film pour bien l’analyser ? »

lss-00-03-16

Moi en lisant vos copies.

Pour commencer, un bref commentaire : si la question vous a parue simple, c’est que vous n’avez pas cherché assez loin. Pour faire un bon travail universitaire, il faut accepter de remettre en question vos certitudes et de proposer des réponses nuancées à des problèmes complexes, surtout pour ceux qui souhaitent poursuivre en Master (et je vous le souhaite aussi).

Par conséquent, la pire chose que vous puissiez faire était de répondre « oui/non, évidemment ! » (Il y a eu quelques copies de ce genre, malheureusement.)

Ceci étant dit, voilà une liste la plus complète possible des compétences qui pouvaient être attendues sur ce partiel :

  • s’appuyer sur des théories et exemples

  • pas d’erreurs dans les théories convoquées

  • utilisation pertinente des sources/exemples : par exemple, beaucoup ont utilisé Truffaut pour démontrer que l’amour des films mène à des analyses erronées ; mais Truffaut est d’abord un critique qui tend vers l’analyse, pas un analyste professionnel, il est logique qu’il fasse des erreurs ; de plus, l’exemple d’une seule personne qui se trompe n’a jamais suffi à prouver que tous ses présupposés sont faux. Il était donc plus prudent d’utiliser cet exemple au tout début, pour montrer les risques de la cinéphilie, et non pour prouver quoi que ce soit (à garder pour les parties suivantes, plus théoriques)

(Si les points précédents sont remplis, la note peut aller jusqu’à 10, à condition que l’argumentation soit solide et qu’il n’y ait pas d’erreurs dans les connaissances.)

  • comprendre que la réponse implicite est « non », et la nuancer

  • dépasser la thèse de l’analyse objective/scientifique, en apportant des arguments théoriques (et non pas seulement des exemples)

  • se demander s’il est possible de mettre complètement de côté notre goût (par exemple, le choix de l’objet d’étude n’est jamais totalement indifférent, cf. J. Aumont)

  • mettre en tension l’unicité de la méthode scientifique et la diversité des théories de l’analyse de films : si l’on pouvait se priver totalement de la subjectivité, il n’y aurait qu’une seule méthode d’analyse, et tout le monde la pratiquerait de la même manière ; or, manifestement, ce n’est pas le cas

(Si tous les points précédents sont remplis, la note peut aller jusqu’à 15.)

  • convoquer des exemples profondément problématiques : Mulvey (qui propose une filmologie très critique, mais tout en confessant qu’elle aime les films dont elle parle ; d’ailleurs son objectif est d’interroger notre plaisir de spectateur), Bordwell (qui propose un système apparemment rigoureux, historique, mais s’en sert ensuite, entre autres, pour évaluer la qualité de la mise en scène), Godard (qui analyse les films d’Hitchcock pour comprendre pourquoi ils sont si admirés, donc avec une forme de complexe d’infériorité, mais qui finit par défigurer les films eux-mêmes lorsqu’il en extrait des images pour produire de nouveaux montages), etc.

  • distinguer les différents moments de l’analyse (ou les différents gestes analytiques) : choix de l’objet, description, comparaison, commutation, contextualisation, interprétation, etc. La question du goût ne se pose pas nécessairement dans les mêmes termes pour chacune de ces opérations.

  • interroger le « bien » du sujet : Existe-t-il plusieurs types d’analyses ? Peut-on les distinguer en fonction de leur objectif ? de leurs présupposés théoriques, philosophiques ou politiques ? de la sous-discipline à laquelle elles se rattachent ? etc.

  • se poser la question du rôle, de la fonction de l’analyse (le « pourquoi ») : Pourquoi la question du goût de l’analyste pose problème ? Est-ce que cela remet en question la légitimité de son discours ? son crédit auprès de la communauté scientifique ?

 

Remarque : les paliers de notes que j’ai indiqué ne sont pas stricts. Il y a eu beaucoup de copies « originales » (en bien ou en mal) qui sont sortis de ces cadres. Mais c’est surtout pour vous donner une idée générale.

Conseils pour la suite (valables pour tout le monde) : ce qui est attendu de vous à l’université, ce ne sont ni des connaissances brutes ni une « opinion » sur le sujet proposé, mais une pensée structurée, cohérente et fluide. Soyez justes avec les auteurs (pas de critique gratuite), et soyez exigeants avec vous-mêmes (pas d’opinions lancées à la va-vite). Partez du principe que si l’enseignant vous donne un sujet, c’est que c’est un sujet qui pose problème : vous n’arriverez pas à lui trouver une solution infaillible en 1h30, mais vous pouvez montrer que vous comprenez les enjeux et les implications de la question ; en somme, que vous comprenez pourquoi la question se pose (c’est-à-dire pourquoi l’enseignant vous la pose).

Bonne continuation à toutes et tous !

Iconologie – correction du partiel

Voici quelques éléments de correction du partiel d’« iconologie et culture visuelle » de décembre 2016. Ci-dessous, une liste des éléments que l’on pouvait analyser et commenter dans l’image proposée.

ex-1

La liste qui suit n’est pas exhaustive :

  • Le jeune homme de dos : on ne voit pas son visage. Cela évite de « figer » le personnage. Ainsi, chaque spectateur peut s’identifier à lui.
  • L’homme de dos occupe exactement la même place que le spectateur.
  • Seul trait caractéristique de ce personnage : il a l’air jeune (cf. sa coupe de cheveux, il est en t-shirt). La campagne s’adresse donc prioritairement à des jeunes gens. On peut imaginer que le jeune homme, en ouvrant la porte, « voit » son propre futur.
  • La porte : élément de contextualisation (de l’extérieur, elle se présente comme une porte de bureau). Elle nous montre le lieu exact où l’on peut avoir accès à ces perspectives de carrière (elle fonctionne en duo avec l’adresse placée en bas à droite).
  • Mais la porte est aussi un élément issu de l’imagerie fantastique/SF : la porte qui mène vers un monde imaginaire (cf. Poe, Lovecraft, Verne…). Elle représente le seuil entre le monde réel et un autre monde ; en l’occurrence, une porte qui donne sur le futur.
  • Lignes de fuite très marquées : composition en triangle avec les personnages, les objets (même les avions sont « rangés » selon ces lignes) et le décor (les lignes tracées sur le tarmac), ce qui accentue l’effet de perspective. Notre regard est attiré vers le lointain, avec l’idée que ce que l’on voit s’étire à l’infini (sous-entendu : il y a encore plus que ce que l’on voit).
  • Tous les regards sont dirigés vers le personnage/spectateur, même celui du chien : comme si tout le monde l’attendait.
  • Il y a aussi un effet de mouvement, avec la femme au second plan qui est en train de faire un pas vers nous, les parachutistes qu’on imagine en train de tomber, l’avion en haut à droite, etc. Tout ça pour faire comme s’il ne s’agissait pas d’une photo, mais simplement d’un arrêt sur image (donc d’une scène réelle interrompue au milieu).
  • Comparaisons possibles avec d’autres images de propagande : d’habitude, c’est l’individu qui doit se mettre au service de l’Etat (« your country needs you »). Ici au contraire c’est l’Etat qui semble se mettre au service du jeune homme, de son futur, de sa formation professionnelle, etc. On a donc une mise en scène individualiste, qui met l’accent sur les bénéfices pour celui qui s’engage (et non pas sur les bénéfices pour la nation, pour la communauté, etc.).
  • C’est donc une stratégie plus « moderne », qui essaie de parler à des jeunes gens qui n’ont plus forcément le même sens du sacrifice que dans le passé (ils veulent aussi qu’il y ait un intérêt à s’engager). cf. la différence entre le doigt tendu de Lord Kitchener (agressif) et les regards pointés sur le jeune homme ici (doux et accueillants). On a toujours l’idée de « regarder » directement le spectateur, mais la stratégie n’est pas exactement la même.
  • Image qui se veut exhaustive : ils ont essayé de mettre toute l’armée de l’air dans une seule image. Effet d’accumulation (plusieurs types d’appareil, etc.).
  • Idem avec les métiers : tout le monde est présent au même endroit au même moment, depuis les parachutistes jusqu’aux préparateurs de piste.
  • Le logo du ministère en haut à gauche : atteste que l’on est bien devant une image officielle. Sous-entendu : que tout ce que l’on voit est « vrai ». Alors que manifestement ce n’est pas le cas (photomontage).
  • Logique de représentation complète : on voit des hommes et des femmes, des blancs et des noirs, etc. Pour brasser le plus large possible. Idéal de diversité.

Globalement, la principale erreur à éviter était de se limiter au texte et d’oublier l’analyse de l’image. Beaucoup ont simplement paraphrasé les indications écrites en bas, ou ont essayé de les « retrouver » dans l’image.

Il était important de comprendre que même si l’image et le texte fonctionnent ensemble, et sont complémentaires, ils ne disent pas exactement la même chose. C’est pour cela qu’il était important d’analyser l’image en tant qu’image, pour comprendre ce qu’elle ajoute au discours qu’elle est censée illustrer.

L3 Théorie de l’analyse de films (documents)

NOUVEAU : correction du partiel (jaunvier 2017). Cliquer ici pour y accéder.

Documents utiles pour le cours « Théorie de l’analyse de films » de 3ème année :

Textes étudiés en cours :

L1 – Arts du spectacle et société (documents)

Documents utiles pour le cours « Arts du spectacle et société » de 1ère année, sur le thème du travail (portail « Médias, culture et société », S2) :

Textes étudiés en cours :

L1 – Iconologie (documents)

NOUVEAU : correction du partiel (décembre 2016). Cliquer ici pour y accéder.

Documents utiles pour le cours d’iconologie de 1ère année (portail « Médias, culture et société », S1) :

Textes étudiés en cours :

Sujets d’exposés à télécharger (avec consignes si besoin)*. Entre crochets, la date de passage à l’oral (non négociable) :

(* Si le player vidéo ne fonctionne pas, téléchargez les fichiers pour les lire depuis un autre logiciel.)