Le positivisme esthétique au cinéma : une défaite politique

Cet article, paru à l’origine dans le n°4 de MédiaPhi, présente quelques hypothèses autour d’un héritage scientiste du cinéma politique. Il s’agit en particulier d’étudier le rapport des œuvres engagées à leur spectateur, du Capital d’Eisenstein à Jean-Luc Godard ou aux fictions sociales de Ken Loach.

Télécharger le manuscrit auteur en pdf : « Le positivisme esthétique au cinéma : une défaite politique »

 

Pour citer cet article :

Raphaël Jaudon, « Le positivisme esthétique au cinéma : une défaite politique », MédiaPhi, décembre 2013, no 4, manuscrit auteur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *