Cinéma et société – correction du partiel (Sur la planche)

Quelques éléments de correction de l’examen pour le groupe du jeudi 16h-18h. Analyse d’un extrait du film : Sur la planche (L. Kilani, 2011).

Pour revoir l’extrait, cliquez ici (possibilité de le télécharger si le player ne fonctionne pas).

Les personnages :

  • Il s’agit d’une scène d’ouverture : le but est de camper les personnages, de présenter leur situation (sociale, économique…), d’introduire les enjeux narratifs, etc. Pourtant, la première image nous montre, non pas un seul personnage, mais une multitude de jeunes filles toutes identiques (le premier plan sur la salle de décorticage, en plongée depuis le plafond, où on voit des rangées de travailleuses indistinctes et non singularisées ; idem plus loin avec un plan en profondeur de champ qui nous montre une rangée de tables toutes identiques, qui s’étalent à l’infini vers l’arrière-plan). On comprend déjà que le but sera de faire émerger un individu de cette masse.
  • Idem avec le cadrage : on a beaucoup d’éléments « en amorce » (des objets qui s’interposent entre la caméra et les personnages, au tout premier plan, souvent flous), ce qui laisse entendre que même si Badia est le personnage principal, elle a du mal à « exister » à l’écran. C’est aussi pour cette raison que l’on a beaucoup de plans filmés de dos.
  • C’est ainsi que l’on peut comprendre la deuxième partie de l’extrait : on nous rappelle que les travailleuses sont toutes identiques, mais en même temps on nous présente Badia et sa lutte pour exister, pour « devenir quelqu’un », pour se détacher des autres.
  • En l’occurrence, elle essaie de se distinguer en cachant les traces de son exploitation : la blouse ne doit pas dépasser, elle gratte sa peau avec du citron pour masquer l’odeur, elle refuse de sociabiliser, etc.

L’exploitation :

  • Les couleurs : blanc aseptisé pour les murs, le mobilier et les vêtements. On se croirait dans un hôpital.
  • À l’inverse, lorsqu’elles sortent, elles s’habillent avec des robes très colorées (orange, bleu). Si on examine la symbolique des couleurs, on peut dire que le travail uniformise les individus, les prive de leur identité. C’est seulement à la sortie qu’elles retrouvent leur personnalité.
  • La caméra est portée, pour donner un aspect humain et imparfait au cadre. Mais la caméra ne se déplace pas pendant la première partie : comme les protagonistes, nous sommes cloués à notre place. Le travail, c’est aussi la frustration de ne pas pouvoir bouger (on les voit s’étirer à leur table). C’est pourquoi, dans la deuxième moitié, la première chose que font les jeunes filles, c’est de courir pour se nettoyer ; et idem pour la caméra, qui « court » en même temps qu’elles.
  • Même après leur travail, les jeunes femmes semblent agir encore de la même façon. On peut comparer la gestuelle de Badia lorsqu’elle se nettoie avec ses gestes pour décortiquer les crevettes : les gestes sont rapides, précis, impulsifs, presque frénétiques ; tout se passe comme si elle était encore en train de travailler (un peu comme Chaplin dans Les Temps modernes, mais dans un registre plus sérieux).

Le son :

  • L’extrait commence avec un écran noir et un léger chuchotement d’une femme qui compte, ou qui énumère. Or, le premier plan est un plan d’ensemble ; ce qui signifie que le film ne respecte pas la perspective sonore (la jeune femme est loin, mais on l’entend comme si on était à côté d’elle). On comprend seulement plus tard qu’elle est en train de compter les crevettes. Analyse : le son nous permet d’entrer en sympathie avec ce personnage alors que l’image ne l’a pas encore approchée. Avec ce procédé, Kilani espère provoquer chez le spectateur un sentiment de proximité (au sens propre comme au figuré) avec la jeune femme.
  • Dans le reste de la bande son, deux éléments s’imposent comme importants : le bruit des néons (grésillement aigu, potentiellement désagréable), et le bruit des crevettes (bruitage « visqueux », qui tranche avec le côté très aseptisé du lieu). Ces deux bruits sont toujours audibles au fil de la séquence, et ils semblent être là pour provoquer une forme de dégoût chez le spectateur : Kilani crée un écart entre l’image très blanche et le son très « sale », afin de nous plonger dans les conditions de travail éprouvantes des personnages.

(Bien entendu, cette correction n’est pas exhaustive : il était possible de développer d’autres éléments d’analyse.)

Remarques diverses :

  • « Leïla » est un nom féminin. Certains d’entre vous ont encore le réflexe de dire « le cinéaste » même lorsqu’il s’agit d’une femme : corrigez cela au plus vite.
  • Vous êtes encore trop nombreux à avoir négligé le son.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *