Cinéma et société – correction du partiel (Dancer in the Dark)

Quelques éléments de correction de l’examen pour le groupe du jeudi 10h-12h. Analyse d’un extrait du film : Dancer in the Dark (L. Von Trier, 2000).

(Un film que, personnellement, je n’apprécie pas du tout, mais que je trouve plutôt intéressant à analyser.)

Pour revoir l’extrait, cliquez ici (possibilité de le télécharger si le player ne fonctionne pas).

Le passage de la réalité à l’hallucination :

  • Au début, esthétique très « sale » : plans brefs, caméra portée très sensible (le cadre tremble beaucoup) et qui filme depuis une position qui pourrait être celle d’un personnage, son des machines très présent dans le mixage, personnage maladroit, etc.
  • Dans la deuxième moitié, au contraire : les plans sont toujours courts, mais fixes (sensation de stabilité qui va avec les mouvements très calculés des danseurs), beaucoup de plongées et contre-plongées, style beaucoup plus expressif, mouvements assurés des personnages, etc.
  • On a donc une structure binaire où deux styles s’opposent : un filmage très « brut » (attention à ne pas employer le terme « documentaire » à tour de bras…) d’un côté, qui place le spectateur dans une situation de malaise, et un style très spectaculaire de l’autre, beaucoup plus « confortable » à l’œil.
  • Question importante (que beaucoup d’entre vous ne se sont pas posée…) : comment passe-t-on de l’un à l’autre ?
  • Réponse : un plan un peu plus long que les autres, qui s’attardent sur la main puis le visage de Selma, tandis que le son d’ambiance diminue. Ensuite, on entend revenir le bruit des machines, mais cette fois-ci de façon rythmée : c’est le son qui introduit pleinement la séquence musicale.
  • À la fin de la séquence, le retour à la réalité est lui aussi assez singulier. On ne passe pas de l’un à l’autre « brusquement » (comme beaucoup l’ont écrit), mais au contraire avec une forme d’alternance au montage : alternance entre les plans d’ensemble sur Selma (avec la musique en fond) et des gros plans très brefs sur sa machine (où la musique s’arrête et où le bruit de la presse hydraulique envahit tout l’espace sonore). L’alternance s’accélère (plans de plus en plus brefs) puis finalement on repasse à la réalité.
  • L’opposition des deux est très paradoxale, mais montre bien que Selma, en même temps qu’elle perd la vue, finit par se détacher du monde réel pour vivre « dans sa tête ». Un monde dans lequel les règles sont très différentes, ce qui nécessite que le film prenne le temps pour passer de l’un à l’autre.

Réinterprétation des codes de la comédie musicale :

  • Musique formée de bruits de machines et d’instruments électroniques : elle garde la marque du réel, du travail quotidien. Ce n’est pas vraiment ce que l’on attendrait d’une comédie musicale « classique » (avec musique d’orchestre grandiose, thèmes mélodiques marquants, etc.).
  • Autre élément absent : la performance. Ici, il y a bien des chorégraphies dansées, mais le montage est très rapide, on change de plan tout le temps, et on ne peut donc pas suivre les chorégraphies dans toute leur fluidité. Il y a beaucoup de mouvements à l’écran, mais les plans sont courts, et ne laissent pas apprécier le mouvement dans sa globalité. Esthétique très « hachée ».
  • En somme, Lars Von Trier essaie de « vulgariser » la comédie musicale classique, en lui donnant un aspect beaucoup moins brillant, moins parfait, et plus en phase avec le monde des « petites gens ».

La représentation du travail :

  • Le travail est présenté comme une activité dangereuse (cf. la fin, où elle manque de se faire coincer la main dans la machine), certes.
  • MAIS : malgré tout, la posture de Lars Von Trier est assez ambigüe. Prenons par exemple Kathy : elle décide volontairement de venir travailler en dehors de ses heures, donc sans être payée, seulement pour soutenir son amie. Et personne ne relève cet élément… Si le cinéaste était explicitement critique envers l’exploitation des ouvriers, nul doute qu’il ne présenterait pas le travail comme bénévole et librement consenti.
  • Idem avec la représentation de la hiérarchie : le patron a des bons rapports avec ses employées, le ton de la conversation est familier voire blagueur, il n’y a pas de conflit. Image assez harmonieuse de la division du travail, malgré tout.
  • Le montage de la première moitié de l’extrait est très rapide (plans courts), avec de nombreuses ellipses (on passe d’une action à une autre très vite, avec beaucoup de sautes temporelles entre les plans) : Von Trier ne respecte pas la temporalité répétitive du travail. Au contraire, on dirait qu’il évacue volontairement les moments « ennuyeux », comme s’il voulait en présenter une image plus optimiste.
  • Pendant la séquence musicale, on ne voit les autres travailleurs que vaguement, en arrière-plan, et on ne distingue pas leur visage : l’aspect collectif du travail n’est pas présent, on reste focalisés sur les deux personnages principaux.
  • Finalement, le travail est présenté comme dangereux, mais pas comme foncièrement désagréable.

(Bien entendu, cette correction n’est pas exhaustive : il était possible de développer d’autres éléments d’analyse.)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *