Cinéma et société – correction du partiel (Working Girl)

Quelques éléments de correction de l’examen pour les groupes du mercredi 8h-10h et 10h-12h. Analyse d’un extrait du film : Working Girl (M. Nichols, 1989).

Pour revoir l’extrait, cliquez ici (possibilité de le télécharger si le player ne fonctionne pas).

Le son :

  • L’extrait commence avec une musique plutôt enjouée : des chœurs gospel, qui sont traditionnellement associés (aux USA) au bonheur et à l’harmonie dans la communauté. On a donc l’annonce d’une journée positive. Tess est alors accompagnée de ce qui semble être une amie.
  • Or, la musique s’éteint progressivement lorsque Tess arrive dans son bureau (cette fois elle est toute seule), et laisse la place à une ambiance sonore très présente : des conversations inaudibles, des bruits de papier ou de chaises, et surtout des sonneries de téléphones. Le spectateur est plongé dans un univers où les sollicitations sont nombreuses, mais où on ne peut pas s’intéresser à tout. C’est le son, notamment, qui construit l’aspect « fourmilière » du bureau (on comprend que Tess travaille dans la bourse, donc dans un univers très rapide et exigeant).
  • Seul lieu silencieux : les toilettes. Peut-être une volonté ironique de la part du cinéaste, qui montre que le seul moyen d’échapper au travail est de se consacrer à des tâches intimes.

Critique du rythme de travail :

  • Nichols ne s’attaque pas vraiment au « travail » dans l’absolu (contrairement à ce qu’ont écrit certains), mais plutôt aux conditions de travail dans le secteur tertiaire, et en particulier au problème du rythme du travail (rythme excessif, surmenage, « burn out », etc.).
  • cf. les cadrages : il y a très peu de cadrages serrés sur une personne. Dès le début, l’arrière-plan est très présent, on voit toujours beaucoup de monde s’agiter. La mise en scène en profondeur de champ accentue l’aspect excessif de ce type de métier.
  • Quasi-absence de gros plan dans toute la séquence. Seul contre-exemple : le coup de fil, au retour des toilettes, où elle finit par répondre au client à la place de son patron. Ici, la caméra s’avance progressivement vers Tess, pour finir en gros plan sur son visage, ce qui a pour effet d’accentuer l’investissement émotionnel. Ce choix de cadrage nous signale qu’il s’agit du moment le plus « dramatique » de la séquence… mais paradoxalement, il s’agit d’un coup de téléphone banal, dont on ne comprend pas bien les enjeux. Il y a ici un usage parodique du gros plan, pour dramatiser à outrance un événement qui, habituellement, n’en vaudrait pas la peine.
  • Le cadrage trop large s’applique également au personnage principal. En théorie, il s’agit d’une séquence d’ouverture, nous devrions donc être introduits à Tess, à son caractère, à sa situation, à ses relations avec les autres, etc. Sur le plan narratif, c’est le cas. Mais sur le plan visuel, la représentation de la jeune femme est complexe : on ne la voit jamais seule dans le plan. Il y a beaucoup d’objets « en amorce » (qui se placent entre la caméra et le personnage principal, au premier plan, souvent dans le flou) : du mobilier, des bureaux, des ordinateurs, des piles de papier (très frappant dans le long travelling latéral qui accompagne l’arrivée de Tess dans les bureaux), mais aussi des ballons (dans le dernier plan). On ne peut jamais apprécier son visage seul : elle est toujours envahie par des éléments extérieurs.
  • Cette problématique est visible également au milieu de la séquence, entre les toilettes et la conversation sur l’avancement de carrière. Ces deux moments sont séparés par un panoramique assez long sur les bureaux, qui balaie l’open space et termine sur Tess. Il n’y a aucun dialogue ni aucun événement narratif, et pourtant ce plan est assez long (20 secondes environ). Il joue le rôle d’une ellipse, et permet d’enchainer sur une séquence où le patron est revenu des toilettes. Mais surtout, il permet d’apprécier l’ambiance du bureau à sa juste valeur (activité intense, fond sonore ininterrompu), et d’imaginer ce que cela doit être que d’y passer 8h par jour.

Les problèmes de genre :

  • Le titre lui-même annonce que le film interrogera la compatibilité entre « femme » et « travail ». Dans le contexte de la bourse (un secteur très masculin et compétitif), on peut penser de prime abord que ces deux éléments sont incompatibles : le film sera en quelque sorte un « test » de la possibilité d’être une femme dans ce milieu.
  • Dès son arrivée, Tess fait deux choses : elle répond au téléphone, et en même temps elle quitte ses baskets pour des escarpins. Le tout en un seul plan, ce qui montre déjà cette opposition à l’œuvre : comme elle est une femme, on lui en demande davantage (soigner son apparence), ce qui équivaut à une surcharge de travail et à un rythme plus intense.
  • La scène aux toilettes : on peut y voir une image de la domination masculine, puisque le patron la considère comme une servante (il lui demande du papier en plus de son rôle, ne répond pas à ses questions…). Lorsqu’elle lui tend le rouleau, la caméra se déplace elle aussi vers le bas, signe qu’elle épouse le statut « inférieur » (en tout cas, reconnu comme tel) de Tess.
  • Dans la séquence suivante, on a encore des oppositions marquées : les hommes sont deux, elle est seule, ils sont debout, elle est assise, ils sont filmés en contre-plongée (ce qui redouble leur supériorité hiérarchique), elle en plongée, ils rigolent, elle est sérieuse, ils suggèrent qu’elle ne pourra avancer dans sa carrière qu’en proposant des services sexuels, etc.
  • Même à la toute fin, on constate qu’ils s’excluent de l’aspect humain puisqu’ils ne participent pas à la chanson d’anniversaire, comme s’ils avaient mieux à faire.

(Bien entendu, cette correction n’est pas exhaustive : il était possible de développer d’autres éléments d’analyse.)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *